Comportements sexistes et sexuels au travail

Comportements sexistes et sexuels au travail

« 1 femme sur 4 résidant à La Réunion déclare avoir subi au moins une fois au cours des 12 derniers mois des violences sexistes et sexuelles au travail »

Dans le cadre de son plan d’action sur « le traitement des discriminations, les actes de violence, le harcèlement moral et sexuel ainsi que les agissements sexistes », la collectivité a fait appel à la psychologue Séverine JONCHET pour animer un atelier sur cette thématique. Les cadres et responsables de service de la Ville ont ainsi bénéficié de ses précieux conseils pour « repérer, réagir et prévenir des propos et comportements sexistes et sexuels au travail ». Deux jours durant, stéréotypes, sexisme, harcèlement, discriminations et violences sexistes au travail ont été au cœur des discussions.

Entretien avec Séverine JONCHET, Psychologue du travail

Séverine JONCHET, Psychologue du travail

A qui s’adresse cet atelier ?

Séverine JONCHET : La formation s’adresse à tous les agents mais principalement aux personnels encadrants de manière à ce qu’ils puissent ensuite identifier les attitudes inadaptées dans leur service. Ils doivent être en mesure de couper court à des attitudes qui ne sont pas appropriées et à identifier les actes et propos qui sont qualifiés de violences sexistes et sexuelles. Ils ont ensuite la responsabilité d’en informer l’autorité.  

Quelles sont les notions prioritaires à mettre en lumière ?

Séverine JONCHET : C’est une thématique dont on doit s’en emparer, elle relève de la responsabilité de tous, homme et femme. La thématique ne se veut pas être à charge de la gent masculine. On pense connaître la problématique car le sexisme et le harcèlement sont des thématiques qui depuis une dizaine d’années sont beaucoup traitées dans les médias mais en réalité, elles sont mal cernées. Les attitudes incorrectes ne sont pas identifiées et ne permettent pas aux victimes, comme aux témoins, de se positionner pour mettre fin aux agissements.

La formation permet de lever la banalisation et identifier les situations réelles que nous rencontrons tous et assez couramment.

Comment se caractérise l’agissement sexiste ?

Séverine JONCHET : Il est défini comme un agissement lié au sexe d’une personne, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant.

Le sexisme prend souvent une forme ordinaire. Il peut s’agir de commentaires réguliers sur le physique d’une agente, la longueur de sa jupe, son style vestimentaire… mais aussi de propos fondés sur des stéréotypes de sexe : « ce n’est pas un métier de femmes, va donc nous chercher des cafés, on laisse les femmes s’occuper de ça… ».

Ce sexisme ordinaire se manifeste au quotidien, par exemple à travers des blagues et commentaires sexistes, qui de façon consciente ou inconsciente, vont inférioriser, mettre mal à l’aise, créer de la gêne et entraîner une altération de leur santé physique ou mentale.

Quelle démarche faut-il adopter face aux violences sexismes et sexuelles ?

Séverine JONCHET : Après avoir alerter l’autorité, il faut dénoncer les faits auprès du défenseur des droits, du procureur de la République. Par ailleurs, les services des Ressources Humaines ainsi que les représentants du personnel sont des interlocuteurs à privilégier.

Il faut rappeler que les agissements sexistes peuvent faire l’objet de sanctions disciplinaires, que le harcèlement sexuel constitue un délit pénal sanctionné par un maximum de 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende et que la sanction encourue pour une agression sexuelle est de 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Des chiffres alarmants :

  • 80% des femmes considèrent qu’elles sont régulièrement confrontées à des attitudes ou décisions sexistes au travail (CSEP, 2013).
  • 76% des femmes ont déjà entendu ou fait l’objet de blagues sexistes au travail (CSEP, 2016).
  • 51% des femmes ont déjà été mises à l’écart durant une réunion parce qu’elles sont des femmes (CSEP, 2016)